LES TROIS MUSICIENS  (Picasso Spirit) posté le dimanche 27 janvier 2013 14:30

Blog de babour :CRÉATIV' LANDES vous souhaite de BONNES FÊTES !!!!, LES TROIS MUSICIENS

PICASSO À LA SAUCE GUILLERMO : LES TROIS MUSICIENS

Dans ce tableau aux couleurs vives et gaies, sympathique reproduction par Luc Guillermo de l' oeuvre de Picasso, "les trois musiciens"  Pierrot, Arlequin et Capucin n'ont pas pris une ride. Ils ont, au contraire, un air enfantin et joyeux

Ce tableau met en scène, dans un coin de pièce carrée, un Pierrot jouant de la clarinette, un Arlequin grattant sa guitare et Capucin,un moine tenant une partition ouverte.

Dans une harmonie d'aplats de couleurs homogènes – au rouge, au jaune et aux bruns répondent le blanc et le bleu –, les trois personnages, masqués, se tiennent derrière une table. Sous celle-ci est étendu un grand chien, que sa couleur brune tend à confondre avec une ombre. 

Durant l'été 1921, Picasso s'installe avec sa femme Olga et son fils Paulo, âgé de 5 mois   à Fontainebleau, où il peint les Femmes à la fontaine (Paris, Musée Picasso et New-York, Museum of Modern Art) et Les Trois Musiciens  (New-York, Museum of Modern Art et Philadelphie, Museum of Art).

Maurice Reynal écrit : "Ces Trois Musiciens multiplient en une sorte d'anthologie la plupart des découvertes de l'expérience cubiste. Avec ce chef d'œuvre d'humour poétique, Picasso semble mettre un point final à ses évocations plastiques de personnages abstraits, inspirés de la comédie italienne". On peut considérer les Trois Musiciens comme une manière de célébration du théâtre, une mise en page du bariolage des masques et des costumes soudains saisis dans le faisceau des projecteurs, une héraldique du jeu et de la pantomime. 

lien permanent

FEMME SUR L'HERBE  (Mosaîque) posté le lundi 20 août 2012 10:30

Blog de babour :CRÉATIV' LANDES vous souhaite de BONNES FÊTES !!!!, FEMME SUR L'HERBE

{#} FEMME SUR L'HERBE

Entièrement réalisé en mosaïque par Luc Guillermo en 2012, ce tableau vient complèter la collection  "femmes sur l'herbe".

Lascivement allongée sur l'herbe olive, dont la couleur tranche avec le bleu marine du ciel, la belle assoupie offre son corps généreux aux rayons ardents du soleil

Sur un lit de verdure
la femme posait ou reposait
sous les rais du soleil 
sous les pinceaux du maitre
Hâlant sa peau d’une caresse brûlante
Offrant aux ombres ses cambrures de lumière.
Elle semblait en pleine plénitude
épousant la nature d’une aisance singulière.
Le peintre cherchant sur sa palette la couleur d’un sourire
Posée là sur la terre comme une âme en errance,
pinceau en main, l’homme sur la toile délivrait ses souffrances.
Pudique ne dévoilait point ses mystères
juste créait une atmosphère légère 
Par petites touches de peinture, il apprenait à l’écouter
à lui redonner vie, la toile allait t-elle parler 
ou garder ses silences lui offrant juste sa présence.
Quand il signa son œuvre, la muse éphémère avait disparût
Il regarda alors cette femme qu’il avait peinte dans l’instant du désir
et dans ses yeux se dessinait la satisfaction du plaisir.
Ce tableau s’appellerait « la femme sur l’herbe »

Phildor

http://www.jepoeme.com/forum/poeme/La_femme_sur_l_herbe/463848/1.html

lien permanent

Femme à la plage: Mosaïque  (Mosaîque) posté le jeudi 20 décembre 2012 23:30

Blog de babour :CRÉATIV' LANDES vous souhaite de BONNES FÊTES !!!!, Femme à la plage: Mosaïque
lien permanent

Betty Boop  (Mosaîque) posté le jeudi 20 décembre 2012 22:29

Blog de babour :CRÉATIV' LANDES vous souhaite de BONNES FÊTES !!!!, Betty Boop
lien permanent

LE MIROIR  (Picasso Spirit) posté le jeudi 20 décembre 2012 23:25

Blog de babour :CRÉATIV' LANDES vous souhaite de BONNES FÊTES !!!!, LE MIROIR

Tableau entièrement réalisé en mosaïque par Luc Guillermo en 2012. 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul VERLAINE   (1844-1896) Mon rêve familier  

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à babour

Vous devez être connecté pour ajouter babour à vos amis

 
Créer un blog